La revue Viandes et produits carnés

La revue française de la recherche en viandes et produits carnés  ISSN  2555-8560

flickrfacebooktwitterdiggstumbleuponfeed

 lES DERNIERS ARTICLES PARUS

 
 

Performance des élevages français de vaches allaitantes avec les ateliers d’engraissement italiens

| Résumé de l'article | Article au format pdf | Abstract |

Évaluation de la performance d'un système combiné de production extensive / intensive de viande bovine : le cas des élevages de vaches allaitantes françaises intégrées avec les ateliers d’engraissement italiens

Cet article est une version courte de l’article intitulé “Environmental footprint of the integrated France-Italy beef production system assessed through a multi-indicator approach” de Berton M., Agabriel J., Gallo L., Lherm M., Ramanzin M., Sturaro E. paru dans la revue "Agricultural System" dans lequel plus de critères ont été pris en compte.

20180418 095208

INTRODUCTION

Le système de production de viande bovine a des impacts positifs et négatifs environnemental, notamment en raison de l'émission de gaz à effet de serre (GES) (Gerber et al., 2013). D'autre part, il contribue à la sécurité alimentaire par la conversion de produits alimentaires non comestibles (herbe) par l’homme en produits comestibles (viande) avec un ratio favorable de production de viande sur utilisation d’aliments comestibles par l’homme (Wilkinson, 2011). Le système de production de viande bovine intégrée France-Italie représente une situation particulière, caractérisée par une séparation géographique : des naisseurs de veaux (broutards) issus de troupeaux de vaches allaitantes, situé principalement dans une région défavorisée du centre de la France (Massif Central) basée sur l’utilisation de prairies permanentes avec du pâturage (Brouard et al., 2014), et les ateliers d'engraissement dans le nord-est de l'Italie, qui engraissent les veaux  importés en utilisant des rations totales mélangées à base d'ensilage de maïs et d’aliments concentrés (Gallo et al., 2014).

Lire la suite...

Lecture d’actualité - Le point sur la chaîne de la viande bovine

| Résumé de l'article | Article au format pdf | Abstract |

Présentation de l’ouvrage collectif "La chaîne de la viande bovine : Production, transformation, valorisation et consommation"

Cet article est adapté de la préface de l’ouvrage "La chaîne de la viande bovine : Production, transformation, valorisation et consommation" paru fin avril 2018 aux Éditions Lavoisier.

1317023339

INTRODUCTION : PLACE DE LA VIANDE DANS NOTRE CULTURE

Manger de la viande est un plaisir pour une large majorité de la population. Ainsi, la viande a toute sa place dans "le repas gastronomique des français" inscrit au patrimoine de l’UNESCO : "Le repas gastronomique des français [est] un repas festif dont les convives pratiquent, pour cette occasion, l’art du "bien manger" et du "bien boire". Le repas gastronomique met l’accent sur le fait d’être bien ensemble, le plaisir du goût, l’harmonie entre l’être humain et les productions de la nature. …. Le repas gastronomique doit respecter un schéma bien arrêté : il commence par un apéritif et se termine par un digestif, avec entre les deux au moins quatre plats, à savoir une entrée, du poisson et/ou de la viande avec des légumes, du fromage et un dessert".

Lire la suite...

Quelques travaux de l’INRA sur les viandes

| Résumé de l'article | Article au format pdf | Abstract |

Les travaux du département Physiologie Animale et Systèmes d’Elevage (PHASE) de l’INRA sur les produits carnés présentés aux Journées d’Animation Scientifique 2018

Les Journées d’Animation Scientifique (JAS) sont organisées par le département PHASE de l’INRA pour faire le point sur ses activités de recherches : cet article est une compilation des plus récents résultats des recherches sur les produits carnés présentés aux JAS 2018.

avril jas 1

INTRODUCTION

Le schéma stratégique du département PHASE (Physiologie Animale et Systèmes d’Elevage) en cours (2016-2020), a comme objectif général de produire les connaissances nécessaires à la transition des systèmes d'élevage vers la multi-performance, en mobilisant simultanément les principes de l'agroécologie (stimulation des processus naturels) et les approches de la biologie prédictive (modèles et outils d'aide au pilotage).
Les recherches du département PHASE sont réparties dans quatre champs thématiques (CT) qui structurent leurs travaux : les ressources alimentaires ; les animaux ; les produits animaux et les systèmes d'élevage.

Lire la suite...

Les alternatives à la castration chirurgicale des porcelets

| Résumé de l'article | Article au format livre flash | Article au format pdf | Abstract |

La castration chirurgicale des porcelets, motivée par la qualité des produits, est de moins en moins acceptable du fait de la douleur infligée à l’animal

La majorité des porcelets mâles sont castrés à un jeune âge pour éviter les mauvaises odeurs qui se manifestent lors de la cuisson des viandes de certains mâles entiers. Cette pratique est de moins en moins acceptée en raison de la douleur infligée à l’animal pendant et après l’opération. Trois alternatives sont actuellement envisageables et pratiquées de façon inégale selon les pays, mais il reste encore de nombreux freins à leur développement.

porceletINTRODUCTION

La pratique de la castration chirurgicale des porcelets est de plus en plus remise en cause en raison de la douleur que l’opération entraîne pour l’animal. Cette pratique est motivée par le fait que les viandes de certains porcs mâles entiers présentent, aux stades usuels d’abattage, des odeurs désagréables qualifiées d’odeurs sexuelles. Outre la douleur infligée à l’animal pendant et après l’opération, la castration se traduit aussi par une baisse sensible des performances en termes d’efficacité alimentaire et de teneur en muscles de la carcasse. Une première alternative consiste à pratiquer une anesthésie et/ou une analgésie pour atténuer la douleur pendant et après l’opération. L’immunocastration (un vaccin spécifique inhibant le développement sexuel) est une deuxième alternative envisageable. Enfin, il est également possible de ne rien faire et d’élever les animaux entiers (non castrés). Des articles de synthèse en Français sur les différentes alternatives à la castration chirurgicale des porcelets sont disponibles (Prunier et Bonneau, 2006a, 2006b, 2008). L’action Cost IPEMA, financée par l’Union Européenne, a démarré en 2016 pour fédérer les recherches conduites en Europe sur l’élevage de porcs mâles entiers et l’immunocastration (IPEMA 2016). IPEMA a co-organisé une session lors du congrès annuel de l’EAAP sur le thème des "Alternatives à la castration chirurgicale des porcelets sans soulagement de la douleur" (Alternatives to surgical castration of male piglets without pain relief) au cours de laquelle un certain nombre de résultats originaux ont été présentés que nous allons présenter brièvement dans cet article.

Lire la suite...

Etat des lieux sur les défauts de qualité de la viande de poulets

| Résumé de l'article | Article au format livre flash | Article au format pdf | Abstract |

Origine des défauts de qualité des viandes de poulets et stratégies pour les limiter

Cet article a pour objet de faire le point sur les origines des différents types de défaut de qualité des viandes de poulets, leurs conséquences en termes de qualité sensorielle, nutritionnelle et technologique de la viande et les différentes stratégies pour les limiter (conditions d’incubation, d’alimentation et d’élevage des poulets, choix de souches génétiques plus ou moins atteintes).

filet poulet

INTRODUCTION

Les critères de sélection du poulet ont été adaptés au cours des dernières décennies pour suivre l’évolution du marché et de la demande des consommateurs. La part du poulet vendu en carcasse entière a rapidement diminué au profit de la commercialisation en produits découpés et transformés. En France, 24% de la production de poulets était vendue en carcasses entières en 2016, contre 52% en 1998 (ITAVI, communication personnelle). Les trois-quarts de la production sont donc consacrés à la production de découpes vendues en l’état ou destinées à la transformation en produits élaborés. Ce type de produits est en grande partie issu de la production de volailles dites standard, caractérisées par une vitesse de croissance rapide et des rendements en filets élevés, ce muscle étant particulièrement plébiscité par les consommateurs et les industriels des pays occidentaux. La sélection a donc porté ses efforts sur la vitesse de croissance mais aussi sur l’accroissement du rendement en filets avec des progrès spectaculaires obtenus très rapidement (Tableau 1) et qui continuent actuellement (Petracci et al., 2017). Ces dernières années, de nouvelles pratiques sont apparues favorisant un abattage plus tardif (56 à 63 jours vs. 35 jours environ) en vue d’alourdir les poulets à croissance rapide utilisés pour la production standard.

Lire la suite...


qrcode vpc

Pour Accéder au site V&PC depuis votre smartphone,
veuillez scanner ce flashcode.


Contacter VPC

  • Adresse :    ADIV - 10, Rue Jacqueline Auriol
    ZAC du Parc Industriel des Gravanches
    63039 CLERMONT-FERRAND cedex 2
  • Tél. : +33(0) 4.73.98.53.80
  • Fax : +33(0) 4.73.98.53.85
  • E-mail : contact
  • Site internet :www.adiv.fr