La revue Viandes et produits carnés

La revue française de la recherche en viandes et produits carnés  ISSN  2555-8560

flickrfacebooktwitterdiggstumbleuponfeed

 lES DERNIERS ARTICLES PARUS

 
 

L’Homme et la viande : "Je t’aime, moi non plus"

| Résumé de l'article | Article au format livre flash | Article au format pdf | Abstract |

L’Homme et la viande : évolution des rapports biosociaux et des pratiques de production

Les hommes ont évolué conjointement avec les animaux et la viande. Les différentes phases de cette évolution sont décrites dans cet article avec un focus particulier sur notre époque. Celle-ci est caractérisée par un fort questionnement et des réponses sociétales variées allant de l’évitement aux images positives de la viande en passant par l’amélioration des conditions d’élevage pour un bien-être animal accru.

musee homme

INTRODUCTION

L’Homme et la viande ont une relation réciproque de longue date de par le fait de se procurer de la viande, de la partager et de la manger, ce qui a conduit à un remarquable processus d’évolution de nature "bio sociale" (Leroy et Praet, 2015). La viande est entre autres impliquée dans la structuration des sociétés à travers son rôle de lien aussi bien que dans la consolidation des hiérarchies. La diversité et la richesse des qualités sémiotiques de la viande est remarquable, car elle véhicule plusieurs significations tout en étant associée aux concepts de vitalité et masculinité (Leroy et Praet, 2015). La viande nécessite non seulement un contact avec l’animal mais aussi l’abattage de celui-ci, ce qui peut être perturbant pour l’homme sur le plan psychique (Hamerton-Kelly, 1987). Ainsi, il semble y avoir un besoin fondamental d’intégrer l’acte d’abattage dans une pratique sociale, processus qui a conduit à différentes solutions selon les différentes cultures (Leroy et Praet, 2017). A l’heure actuelle, dans les sociétés occidentales post-domestiques qui s’interrogent sur elles-mêmes, la consommation de viande est toujours l’objet de questionnements, conduisant à une crise éthique chez certains groupes de consommateurs (Leroy et Degreef, 2015). Ceci est d’importance capitale pour l’industrie de la viande qui devra s’adapter aux tendances et aux attitudes de la société. Il est donc indispensable d’améliorer la connaissance des mécanismes sous-jacents à ces évolutions.

Lire la suite...

Lectures d’actualité - Éthique des relations homme-animal. Pour une juste mesure

| Résumé de l'article | Article au format livre flash | Article au format pdf | Abstract |

Identité des animaux, éthique des relations homme-animal en élevage, éthique de l’expérimentation animale et des animaux de compagnie

"Ce livre intéressera des lecteurs qui souhaitent décrypter la place des animaux dans la société contemporaine ou qui voudraient en aborder les débats qu’elle suscite. Par sa clarté, cette synthèse distanciée est aussi destinée à ceux qui n’ont pas l’habitude de côtoyer ni un animal ni un professionnel au contact d’animaux" http://www.inra.fr/Grand-public/Economie-et-societe/Toutes-les-actualites/livre-ethique-relations-homme-animal.

ethique relations homme animal

Un groupe de travail de l'Académie d'Agriculture de France, qui comprenait également des membres de l'Académie vétérinaire, a travaillé pendant plus de 4 ans sur l'éthique des relations homme-animal. Il en est ressorti ce livre, dans lequel était affirmé le souci d'une "juste mesure". Le groupe de travail comprenait 22 scientifiques et professionnels, dont la sensibilité à l'égard de la question animale variait sensiblement. La mise en œuvre d'une véritable "éthique de la discussion" a permis que tous les participants finissent par s'entendre sur le contenu du livre. Celui-ci n'est pas un livre de combat mais de compromis et de consensus.

Lire la suite...

L’ère de la post-génomique en biologie moléculaire : la protéomique

| Résumé de l'article | Article au format livre flash | Article au format pdf | Abstract |

La post-génomique en biologie moléculaire : l’ère de la protéomique. Applications en sciences animales et en médecine vétérinaire

Le second workshop de protéomique organisé par la Faculté de Médecine Vétérinaire de l’Université de Zagreb en Croatie a permis de synthétiser les récentes avancées en protéomique et autres sciences en omics, et leurs applications potentielles en médecine vétérinaire et en sciences animales.

photo 1 340

INTRODUCTION

The ERA Chair team of Zagreb has been created through the European Union seventh research framework program 2013. Since 2015, the team’s aim has been to upgrade, encourage, develop and enlarge the capacities for research in molecular veterinary medicine at the Faculty of Veterinary Medicine of the University of Zagreb, Croatia.
From 14th to 16th of November 2017, the ERA Chair team organized a workshop entitled “Post-genomic era of molecular biology – Proteomics era II”, at the Faculty of Veterinary Medicine of Zagreb. The aim of this workshop was to share knowledge between internationally recognized specialists in animal sciences and veterinary medicine in the field of molecular biology. As omics is a growing area, it is essential that established methodologies in animal sciences could be adapted to veterinary medicine. Reversely, direct on-field applications of veterinary medicine researches can be adapted to animal sciences. Various speakers were invited from France, Italy, Austria, Canada, United Kingdom and Croatia. Different contributions published in this special issue illustrate shared methodologies between animal sciences (meat quality, animal production and welfare) and veterinary medicine (animal health).

Lire la suite...

Formation et répartition des gains de productivité en élevage bovin viande

| Résumé de l'article | Article au format livre flash | Article au format pdf | Abstract |

Qui sont les gagnants et les perdants sur les 35 dernières années ?

La hausse continue de la productivité du travail des éleveurs de bovins allaitants masque une baisse de la productivité des autres facteurs de production. On observe au final de très légers gains de productivité globale. Les bénéficiaires de ces gains sont principalement les acteurs de l’aval de la filière, les éleveurs voyant, de leur côté, leur revenu baisser. Les aides versées aux producteurs de bovin viande par l’Etat et l’Union européenne contribuent ainsi indirectement à financer la baisse de prix des produits agricoles. Ce paradoxe soulève la question de la répartition de la valeur ajoutée créée dans la filière viande bovine, et de la place des éleveurs dans cette filière.

bovin viande 340

INTRODUCTION

Les gains de productivité en agriculture ont permis une baisse des coûts de production et des prix des produits agricoles. Pourtant, depuis les années 90, on observe une baisse de la productivité des facteurs variables dans le secteur de l’élevage bovin viande (Veysset et al., 2015), alors que la productivité du travail ne cesse de s’accroître.
Cet article propose d'évaluer les gains de productivité globale des facteurs de production et les effets combinés des variations de prix pour les exploitations bovins allaitant au cours des 36 dernières années (1980-2015). La formation et la répartition des gains de productivité globale seront évaluées par la méthode des comptes de surplus (Boussemart et al., 2012). A partir d’un réseau d’exploitations bovins allaitants Charolais, nous présenterons l’évolution au cours de 36 années (1980-2015) de la productivité partielle des facteurs, du Surplus de Productivité Globale des facteurs de production (SPG) et de sa répartition entre les différents agents, et nous discuterons des évolutions observées sur trois sous-périodes tenant compte des différentes réformes de la PAC : 1980-1992, 1993-2005 et 2006-2015.

Lire la suite...

Transformation d’une viande bovine selon un procédé de type Biltong

| Résumé de l'article | Article au format livre flash | Article au format pdf | Abstract |

Etude physico-chimique, microbiologique et sensorielle de la transformation d’une viande bovine selon un procédé de type Biltong, un produit traditionnel Sud-Africain

Cette étude, menée conjointement entre l’Institut Universitaire de Technologie de La Réunion et l’Université Technologique de Pretoria, décrit l’évolution des propriétés physico-chimiques, microbiologiques et sensorielles d’une viande bovine préparée selon un procédé de type Biltong traditionnel d’Afrique du Sud basé sur le salage et le séchage.

illustration biltong bisINTRODUCTION

Historiquement, le Biltong a été défini comme un produit carné transformé prêt à consommer originaire d’Afrique du Sud, même si des produits similaires peuvent être retrouvés dans d’autres pays d’Afrique comme le Nigeria, la Namibie ou Madagascar (Lewis et al., 1957 ; Mattiello et al., 2018 ; Ratsimba et al., 2017). Traditionnellement, le Biltong est préparé à partir de filets de viandes crus d’herbivores de la famille des bovins et des antilopes coupés en bandes parallèlement à la fibre du muscle, salés puis séchés (Mattiello et al., 2018). Ces dernières étapes lui confèrent une durée de conservation longue. Aujourd’hui, en Afrique du Sud, même si la production de Biltong à partir de viande sauvage est encore très appréciée (Radder et Bech-Larsen, 2008), ce produit de type "snack" est majoritairement obtenu à l’échelle industrielle par transformation de certaines parties maigres de la viande de bœuf (haut de cuisse, rumsteck, rond de gîte), trempées dans du vinaigre, aromatisées et séchées selon diverses recettes (Jones et al., 2017). Il s’agit d’un produit particulièrement apprécié des consommateurs sud-africains en tant que produit de pique-nique et de snack car il peut être conservé à température ambiante et il est pauvre en lipides et riche en protéines (Witepski, 2006). Ce produit représente un marché économique important en Afrique du Sud estimé à 2,5 milliard de Rand, soit environ 175 millions d’euros (Cloete, 2015).

Lire la suite...


qrcode vpc

Pour Accéder au site V&PC depuis votre smartphone,
veuillez scanner ce flashcode.


Contacter VPC

  • Adresse :    ADIV - 10, Rue Jacqueline Auriol
    ZAC du Parc Industriel des Gravanches
    63039 CLERMONT-FERRAND cedex 2
  • Tél. : +33(0) 4.73.98.53.80
  • Fax : +33(0) 4.73.98.53.85
  • E-mail : contact
  • Site internet :www.adiv.fr