La revue Viandes et produits carnés

La revue française de la recherche en viandes et produits carnés  ISSN  2555-8560

flickrfacebooktwitterdiggstumbleuponfeed

 ENVIRONNEMENT

 
 

Colloque - « La viande a-t-elle sa place dans l’alimentation durable ? »

| Résumé de l'article | Article au format livre flash | Article au format pdf | Abstract |

Présentation et analyse des interventions du colloque du CIV du 14 mai 2014

Le Centre d’information des viandes (CIV) a organisé le 14 mai 2014 un colloque pluridisciplinaire sur les caractéristiques environnementales et nutritionnelles de la viande au regard de l’alimentation durable.

logo

INTRODUCTION

Le colloque organisé le 14 mai dernier par le Centre d’information des viandes (CIV) à l’Institut Pasteur (Paris) avait pour objectif, selon ses initiateurs, « de favoriser l’expression d’un débat sur la place de la viande dans l’alimentation durable », une notion « qui occupe une place croissante dans les politiques alimentaires et agricoles, françaises et internationales » (1). Cette thématique générale a été abordée en deux temps, sous la forme d’une première session à dominante théorique, la seconde à dominante technique. Les communications de la première avaient pour ambition de répondre à la question « La viande est-elle un aliment sain au regard de l’alimentation durable ? » ; les secondes à la question  « Comment aborder le gaspillage au niveau des filières viandes ? » Les interventions pluridisciplinaires des deux sessions (historique, sociologique, vétérinaire, médicale, épidémiologique, environnementale, etc.), ont fait apparaître la diversité des approches possibles de la durabilité de l’élevage et de la viande et parfois l’imbrication complexe de certains critères, notamment environnementaux. Elles ont aussi permis de mettre lumière la nécessité d’inscrire l’élevage et la consommation de viande au sein de l’ensemble plus vaste de l’alimentation durable.

Lire la suite...

Déterminants et enjeux de l’opposition aux projets d’élevages porcins en Bretagne

| Résumé de l'article | Article au format livre flash | Article au format pdf | Abstract |

Analyse de la perception par les acteurs de la filière porcine

Les projets d’élevages porcins se heurtent régulièrement à des oppositions de la part d’associations d’origines diverses en raison des nuisances qu’ils occasionneraient sur le voisinage ou de leur impact environnemental. En recherchant les déterminants de la contestation, ce travail vise à identifier des leviers favorisant une meilleure cohabitation entre éleveurs et citoyens et facilitant la réalisation de projets d’élevages.

materniteINTRODUCTION

La plupart des maillons de la production et de la transformation des viandes sont soumis à la critique sociale. Sont ainsi remises en cause les conditions de travail dans les industries de la viande, la prise en compte insuffisante du bien-être  animal lors des étapes de transport ou du stress et de la douleur lors de l’abattage.  (Terlouw et al., 2006, 2011 ; Hochereau et Selmi, 2013).
L’élevage, première étape du process, n’échappe pas à la critique. Celui de porcs est particulièrement décrié par les médias et l’opinion publique car, malgré de nombreuses évolutions de ses pratiques, il symbolise souvent les inconvénients liés aux productions animales : les nuisances olfactives (Nicourt, 2000) et impact environnemental (sondages 2012 réalisé par le CSA pour France nature environnement et par agriculteurs de Bretagne). Ces critiques sont particulièrement perceptibles depuis les années 1990 à partir desquelles les habitants du monde rural sont majoritairement issus d’un milieu non agricole (Mathieu, 1998). Cette période correspond aussi à l’émergence, au sein de la société toute entière, et pas seulement rurale, d’une mobilisation autour de la préservation de l’environnement, notamment de la qualité de l’eau, puis, plus récemment, du mode d’élevage des animaux. Ces différentes critiques et attentes  peuvent générer des évolutions réglementaires (Le Programme Maitrise des Pollutions d’origine animale est décidé en 1993, les normes minimales de protection des porcs sont définies par directive européenne en 2008) mais aussi engendrer la critique sociétale de certaines formes d’élevage.

Lire la suite...

Production et consommation d’énergie frigorifique dans la filière viande

| Résumé de l'article | Article au format livre flash | Article au format PDF |

Intérêt technico-économique de solutions d’amélioration de la production-consommation d’énergie frigorifique en abattage-découpe-transformation de viandes bovines.

Le secteur agroalimentaire est responsable à lui seul de 57% de la consommation industrielle nationale d’électricité consacrée à la production de froid : le secteur des viandes et produits carnés en est l’un des premiers consommateurs. L’évolution du contexte économique d’accès à l’énergie mais aussi, tout simplement, les limites de l’efficacité énergétique des systèmes disponibles actuels justifient de s’interroger sur les possibilités d’améliorations techniques et économiques de la production de froid.

energie frigorifique image redDe plus, la production et l’application du froid mobilisent une part importante des investissements nécessaires en abattage – découpe – transformation des viandes. La production frigorifique mobilise, selon le niveau d’activité et l’espèce, entre 50 et 70% du total de la consommation électrique des outils d’abattage-découpe-transformation. Le tarif de l’électricité ne cessant d’augmenter depuis 2000, l’enjeu économique pour le secteur est donc loin d’être négligeable.

Les enjeux de qualité (conséquences de non-homogénéité des conditions de traitement en chambre froide,…), de sécurité et d’environnement (au regard des fluides utilisés ou des installations aéroréfrigérantes) peuvent aussi justifier des changements des conditions de production et d’utilisation du froid.

Lire la suite...


qrcode vpc

Pour Accéder au site V&PC depuis votre smartphone,
veuillez scanner ce flashcode.


Contacter VPC

  • Adresse :    ADIV - 10, Rue Jacqueline Auriol
    ZAC du Parc Industriel des Gravanches
    63039 CLERMONT-FERRAND cedex 2
  • Tél. : +33(0) 4.73.98.53.80
  • Fax : +33(0) 4.73.98.53.85
  • E-mail : contact
  • Site internet :www.adiv.fr